Sauvons la poésie

Écriture et littérature, Créations

J’aime beaucoup de choses que les gens n’aiment pas. Alors que la plupart des adolescent végètent sur Facebook, je lis des classiques  – la plupart de mes confrères n’en saisiraient pas un traître mot. Tandis que ceux-ci se plaigne de l’école, j’étudie volontairement des sujets méconnus de la plupart des gens. Pendant que ceux de mon âge socialisent et font la fête, souvent je reste seule et j’écris.J’écris de tout, de la critique d’un film à un ébauche de manuscrit en passant (régulièrement) par la poésie.

La poésie joue pour moi le rôle d’un amant. J’adore composer des poèmes probablement plus que j’apprécie composer les autres formes de textes. J’ai les rimes dans le sang, j’écris avec musicalité sans le remarquer. Je décrie souvent ma prose, la jugeant inutile et futile. «Je dois cesser de perdre mon temps avec des vers, cela ne m’apporte pas de mérite, allez, va écrire un roman, c’est plus demandant», tels sont les mots qui me trottent fréquemment dans la tête. Ceci n’est pas la manière de pensée de tout le monde, mais il ne faut pas se le cacher : la plupart des gens ne voient pas la poésie à sa juste valeur.

Ce n’est pas qu’on sous-estime ce genre qui me dérange tant, on sous-estime aussi les biographies et les essais. Sauf que les essais et les biographies, il y en aura toujours tandis que la poésie semble s’éteindre à petit feu. On peut nommer une panoplie d’auteur qui vivent de leur plume, King, Tolkien, Collins, etc. mais combien de poètes peuvent vivre de leurs vers aujourd’hui (en considérant exclu ici le domaine musical)?

Et puis , visitez ces avides lecteurs à la bibliothèque gargantuesque. Sur la tonne d’ouvrage emmagasinée sur ses tablettes, combien sont des recueils de poésie? Très peu. Il y a probablement quelques exemplaires de Baudelaire pour impressionner la galerie, mais pas grand chose de contemporain.

Je ne fais pas exception à ce phénomène. Hier, j’ai acheté le recueil de poèmes de Marc Arseneau, À l’Antennes des oracles, et j’ai constaté que c’était uniquement le second à joindre mes étagères (le premier étant Les crimes du hasard de Stéphane Despatie). Voilà pourquoi j’ai décidé que désormais, j’allais investir dans ces petits recueils de merveilles.

La poésie a ses bienfaits : elle est inspirante. Un roman peut être bourré de clichés, alors qu’un poème, très rarement. Celui-ci s’avère plutôt fréquemment d’une immense créativité. C’est une bonne raison pour ne pas laisser ce genre mourir. Encourageons les poètes, qu’ils soient de notre entourage ou de l’autre bout du monde, ces artistes méritent notre support au même titre que les écrivains traditionnels.

Je vous laisse sur quelques vers que j’ai écrit il y a un moment, mais qui se prête bien au sujet actuel.

L’autre jour, on cogne à ma porte
Et on s’exclame «La poésie est morte!
Ce matin, elle a été guillotiné,
Sur la place du marché!»
Aussitôt ma porte ouverte, désir de la refermer
Je ne voulais pas entendre et encore moins croire
Parce que d’expérience mais également d’espoir
Je prétendais, non savais, cet arme de grand pouvoir

.
Le poète s’invente parfois des maux
Se barricade dans des tours sans escalier ou échafaud
Tel est sa besogne d’âme torturée
Qui nécessite moins de vives que de son encrier
De vrais mœurs apparaissent de temps en temps
Dans la vie des artistes d’aujourd’hui et d’antan
Il est triste de dépérir quand son oeuvre est à son firmament

.
Les plumes voleraient au vent?
Plutôt que de valser au-dessous des auvents?
Les hommes inspirés, plus que des mendiants?
La poésie tuée, de la poussière, du néant
Non, c’est impossible qu’on l’est laissé partir
Que tout un peuple cesse d’écrire
On peut retirer du marché les lecteurs
Mais comment osez-vous tuer les auteurs?

Publicités

4 réflexions sur “Sauvons la poésie

  1. Il faut croire que la « blogosphère » (ce mot est laid) est si petite que tu as réussi à commenter sur mes deux blogs, que tout sépare! Mais là n’est pas le sujet, le sujet c’est que j’aime vraiment bien ton style. Tu sais parfois on se demande si les autres lisent nos textes avec le même rythme que nous… ou s’ils entendent la même musique, en tout cas ce poème me donne envie d’en lire davantage : )

    J'aime

    1. Ah oui? Le monde est petit en effet dis donc! Ton autre blog, c’est lequel? En tout cas, merci beaucoup, Je vois ce dont tu parles, l’important est que chaque harmonie qu’on entend en lisant, aussi différentes sont-elles, aient un quelque chose de mélodieux. N’hésites pas à aller sur http://sautumn.blogspot.ca/ si tu as envie de découvrir d’autres de mes poèmes 🙂

      J'aime

      1. « Y’a même un passage où je t’ai souligné
        Un petit bout ironique
        Où mon nom est cité
        Et que justement, l’Ariane est démolie. »

        Ah, cet extrait résume bien ce que j’aime dans ton écriture! C’est beau, simple, le style est brut, un peu saccadé, le ton sarcastique et l’ensemble plein d’émotion. Inutile de préciser que je passerai plus souvent!

        ps: l’autre c’est le http://5510st.wordpress.com 🙂

        J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s