Ce n’est qu’un au revoir

Divers

Bonjour à tous,

Alors que je disais dans mon article bilan «Je me fixe encore cet objectif de poster une fois par mois (au moins) sur Ressacar pour l’année qui s’en vient», je me vois obligée de rétracter mes paroles.

Au moment où j’écrivais ces lignes, un engouement pour ce blog m’avait repris, en témoigne la nouvelle esthétique également. Ce n’est pas que j’ai complètement perdu cette envie de vous partager toute cette culture et toutes ces réflexions, loin de là. C’est tout simplement que j’ai saisi que la ligne éditoriale que j’envisageais pour 2016 ne s’oriente pas avec l’objectif initial de ce site.

Comme vous l’aurez compris, je quitte la blogosphère pour un moment. Éventuellement, je reprendrais la plume avec plus d’assiduité. Dans l’avenir, d’autres portes s’ouvrent. Et je compte les ouvrir plus sérieusement. D’ailleurs, une des raisons de mon départ est que l’édition gratuite de WordPress ne suffit plus à mes besoins (et ambitions). Un nom de domaine serait le minimum pour mes projets d’avenir.

Pour ceux qui veulent plus de détails sur ce changement spontané, on peut dire que j’ai changé drastiquement mes habitudes de vie ces derniers mois. Je me suis tournée vers le végétalisme et tente de devenir de plus en plus minimaliste. Ça fait énormément réfléchir. Depuis toute jeune, l’environnement me tient à cœur – d’une part parce que je viens de la campagne. J’ai saisi que d’aimer la nature n’était pas suffisant.

Donc, je me penche quelques temps sur de la documentation sur l’écologie, la consommation et  d’autres sujets similaires. Puis, je reviens avec la mission de propager l’information et de sensibiliser aux problématiques que nous subissons actuellement. Oui, c’est utopique de ma part, mais il en faut bien des utopiques dans la vie!  Je ne crois pas changer le monde, mais je compte bien me changer, mes habitudes et moi, afin d’être un modèle, une référence.

Pour ceux qui voudront toujours me suivre, je vous donnerai le lien en temps et lieu. Pour les autres, je vous dis merci de m’avoir lue et je vous souhaite de vous épanouir dans tous les aspects possibles.

EDIT : Révolutionnaire chez soi est officiellement en ligne. Je serais ravie de vous y retrouver pour qu’on essaie de changer le monde tous ensemble, sans quitter le confort de notre maison!

Le meilleur et le pire de 2014

Divers, Explorations

Je vais y aller de manière générale. Je ne me prendrai pas la tête : si je n’arrive pas à me décider sur lequel d’une catégorie a été le meilleur l’an passé, je dirais le pire s’il me vient à l’esprit plus vite. De plus, il ne s’agira pas nécessairement d’un titre de 2014, mais bien de ce qui m’aura filé entre les mains et devant les yeux durant les douze derniers mois.

Musique

Commençons traditionnellement avec l’album de l’année : tous les honneurs vont à Dark Eyes de Half Moon Run. Je dis tous, mais bien d’autres albums ont mérité des félicitations dont Ghost Stories de Coldplay, l’album éponyme de Hozier, etc. En tout cas, de mon côté, Dark Eyes a été le titre que j’ai le plus écouté, ma chanson fétiche est sûrement Call Me in the Afternoon. J’ai même eu la chance cette été de voir la formation au Festival des Montgolfières et je peux dire que la formation est aussi envoûtante (sinon plus!) sur scène que sur sur CD. J’ai très hâte qu’ils sortent quelques choses de nouveau.

Cinéma

Ici, je ne peux pas totalement dire quel film est le meilleur, mais je peux sans hésiter nommer le pire. Quand je dis pire, je parle du plus étrange que j’aille vu. Il s’agit de Caligula avec Malcolm McDowell, l’acteur principal de Orange Mécanique entre autre.  Paru en 1979, je n’imagine pas les réactions de l’époque alors que je l’ai trouvé bouleversant aujourd’hui. Moi qui s’attendais à un film dans la même lignée de The Holy Mountain mais avec un décor romain – car l’histoire est inspirée par le troisième empereur romain nommé Caligula -, j’étais loin de la vérité. Déjà qu’il prend des allures de pièce de théâtre par moment, lorsque les scènes deviennent carrément pornographiques,  mais d’une pornographie bizarre et dérangeante, c’est trop. Bref, toute une expérience audiovisuelle.

Littérature

Du côté livresque, c’est très facile de choisir. Bien que le roman Aliss soit sorti en 2000, ce n’est qu’en mars dernier que j’ai pu le lire. J’en avais donné mon avis complet sur mon blog de critique littéraire. En résumé, on peut dire de cette oeuvre de Patrick Senécal qu’elle est comme nulle autre. Sa reprise sombre d’Alice au pays des merveilles donne la chair de poule tout en faisant rire et pleurer. Je lui lève son chapeau pour son travail haut en couleur!

Boisson

Ça peut paraître une étrange catégorie, mais sachez que je ne suis pas une alcoolique, mais bien une théolique. 2014 marque probablement le début officiel de mon addiction au thé. J’en ai bu des litres et des litres, chauds comme froids, nombre d’entre eux étaient délicieux. Donc, vous devinez que je ne viens pas dire lequel a été mon favori, mais bien le plus dégoûtant que j’ai eu la chance (malchance?) de goûter. Il s’agit du Lapsang Souchong Étoilé de chez David’s Tea. Ce thé noir aux arômes de pin est pour les amateurs de whiskys malts (j’aime bien le whisky… Bon je ne bois que du Jack’s Daniel) et de cigares fins (ça aussi j’aime, bien ça sent agréable quoique je n’en fume pas). La description ne paraît pas si mal, jusqu’à temps qu’on sente les feuilles ou pire, qu’on boive une tasse! Ceci, on dirait du bacon liquide, du saumon fumée infusé. Je n’en prendrais pas une autre gorgée pour parvenir à préciser ce goût, non non! Bref, peut-être en guise d’épice dans un repas, ça pourrait passer, mais comme boisson chaude, je passe mon tour!

Moment

Pour qu’il y ait plus de positif que de négatif – car c’est pendant cette période-ci que les gens sont les plus optimistes -, je vais rajouter mon plus beau moment de l’année. Outre ma victoire au camp NaNoWriMo, la plus belle chose qui me soit arrivée est tout simplement la rencontre de mon copain le 24 janvier. Je l’aime encore énormément et 2015 me semble prometteur juste par sa présence!

Pour conclure, j’espère que chacun de vous avez passé un joyeux temps des fêtes et que l’avenir vous sera favorable! Que la santé, le bonheur, l’amour, le succès soient à votre porte ainsi que tout ce  que vous pouvez désirer.

Je n’ai plus envie de voyager

Divers, Réflexions

À la base, je voulais faire une chronique sur le film La vie secrète de Walter Mitty, mais j’ai tellement tardé à le faire que mes impressions sur celui-ci sont plutôt floues. Puis malgré mes efforts lorsque j’écrivais le brouillon de cet article, je n’arrivais pas à garder ce but en tête et j’ai dévié de sujet. En résumé, ce film est très bien réussi, la bande sonore a été pour moi un coup de foudre et je peux vous dire que je suis sortie de là avec une indéniable envie de voyager. Après mon visionnement, je proposais à mon copain d’aller en Irlande d’ici deux ans, pour vous donner une idée.

Donc voilà, j’ai dit que ça faisait quelques mois que Walter Mitty est derrière moi et je peux constater que mon engouement pour le voyage a baissé. En fait depuis un certain moment, mon envie de voyager a considérablement baissé. Quand j’étais jeune, je voyageais beaucoup. J’ai été plusieurs fois dans le Sud (je parle ici du Mexique, de Cuba et de la République Dominicaine), souvent aux États-Unis et deux fois en Europe. J’en garde des bons souvenirs, quoique vagues. J’allais justement partir pour un nouvel endroit bientôt : le Costa Rica. Cette fois-ci, c’était pour un voyage humanitaire d’une semaine, mais j’ai annulé. 2000$, c’est trop pour moi, je l’ai en banque, mais je préfère l’investir dans mes études. Il a des voyages humanitaires plus longs, moins chers et aussi utiles sinon plus où j’aurai l’occasion de participer au cours de ma vie.

En gros, j’ai perdu l’envie de voyager : alors que toute petite, mon rêve était de visiter la France, mes rêves convergent désormais dans l’envie d’être publiée. J’aime encore découvrir de nouvelles choses, mais par le biais des livres j’imagine. Je suis à une phase de ma vie où l’éducation est plus est important, je cherche une certaine notoriété à travers ma scolarité, d’une façon. Je me sens vieille en me disant que je rêve plus de ma future maison que de mon prochain voyage, j’ai 17 ans. J’ai 17 ans et je cherche la stabilité.

Ça, c’est le point qui n’est pas trop pessimiste sur la question, un autre des pourquoi je suis désillusionnée sur les voyages, c’est l’argent. Oui, je voyageais plus jeune et je voyais les prix, mais ça ne sortait pas de ma poche. Ce que je n’aime pas dans ma nouvelle manière de pensée, c’est que je considère qu’un voyage, c’est une perte d’argent, mais pourtant, ce n’est en investissant dans une voiture neuve que j’en profite plus. Oui, la voiture semble plus utile, mais l’expédition est beaucoup plus enrichissante. L’argent est décidément un concept difficile à gérer : dépenser ou ne pas dépenser? À quel point faut-il se priver de ce qu’on veut par ce qu’on veut «économiser» pour plus tard?

Également, une chose qui me rebute à voyager, c’est toutes les obligations! L’école, les amours, les amis, le boulot. Je ne veux pas quitter ceux que j’aime, je ne peux pas manquer de l’école quand ça me plait et le pire, c’est au travail. J’ai toujours été quelqu’un de travaillant qui s’investit dans ce qu’il fait. J’ai trois ans d’ancienneté à mon emploi d’été et je me sens encore un peu mal de demander des congés. À mon nouvel emploi, je n’ose même pas, je suis la petite nouvelle après tout. Je sais, c’est ridicule, mais j’ai été élevée comme ça. Le travail, c’est important.

Néanmoins, si je décide de partir à l’aventure à travers le monde, je peux dire une chose : ce ne sera pas pour visiter des villes, mais bien pour la nature. Que ce soit le Pérou ou l’Islande, ce qui m’intéresse, c’est des paysages à couper le souffle, un retour aux sources. Je veux voir ce que la nature a à offrir, une ville reste une ville, la nature surprend toujours. D’une autre part, si je voyage, il y a beaucoup plus de chance que ce soit par chez moi. Le Québec est grand, le Canada encore plus. Avant, ma province ne m’intéressait pas, mais j’ai été voir notre capitale cette été et elle est très belle. Puis, lorsqu’on connaît les régions du Québec, c’est plus facile de connecter avec d’autres Québécois. Avant je dédaignais un peu le tourisme local, maintenant, je trouve utile de savoir ce qui m’entoure et je suis souvent enchantée par ce que je découvre. C’est plus abordable aussi, mais tout aussi intéressant. J’ai plus de nationalisme en moi qu’auparavant par le fait même.

Bref, c’est quand même drôle que j’ai eu cette réflexion juste après avoir pris la décision que j’irai surement étudier en relations internationales à l’université. Je suis décidément une fille remplie de paradoxe, mais à mon avis, c’est la porte qui convient le mieux pour assouvir mes envies de changer le monde. Et puis, les salariés de l’ONU sont exemptés d’impôt et puis, ils voyagent gratuitement… 😉

La vie à deux sous l’objectif expérimental

Divers, Explorations

Fréquentation, relation «on se voit» et même fuckfriend, nombreux sont les termes qu’on peut utiliser de nos jours, d’ailleurs je m’y perds un peu. Si je vois un homme l’été, je dis que je le fréquente, l’hiver je dis qu’on est de bons amis, j’aimerais utiliser le terme amant, mais je trouve qu’il est trop poétique pour l’exposer à mon entourage. Drôle de façon, vous me direz, de varier avec les saisons, à l’automne, c’est souvent rendu mon copain et au printemps, y’a jamais rien.

Sauf que je ne viens pas vous parler de mes relations amoureuses, quoique je dois m’excuser : l’homme actuellement dans ma vie me distrait beaucoup de ce blog. En fait, je viens partager avec vous cet article appelé Experimental Relationship que j’ai trouvé sur Medium. Le titre m’interpellait et en allant voir le billet de plus près, j’ai découvert une nouvelle artiste : Yi Jun Liao.

YI Creating a world just for us
Pixy Yijun Liao est née en Chine, mais habite couramment à New York.  Elle est photographe et ses photos ont déjà été exposées dans plusieurs pays. Ces œuvres sont toujours vivantes et colorées, elle crée des pièces uniques.

Dans sa série Experimental Relationship, les deux modèles sont son petit-ami Moro et elle-même avec qui elle entretient une relation hors de l’ordinaire selon plusieurs. À la base, Pixy est chinoise et Moro est japonais, ces deux ethnies ont toujours eu de la rivalité entre eux, mais pour ces amoureux, qu’importe!

YI`Some words are just between you and me

Life is an experiment and so is the relationship. You never know what is going to happen.

3_er06_v2

YI How to build a relationship with layered meanings

Définitivement, Yi Jun Liao parvient à montrer d’autres facettes au concept de relation. J’aimerais avoir du talent pour la photographie (et surtout le matériel qui vient avec), mais je reste malgré moi une esclave des lettres.  Pour voir plus de créations de cette dernière, elles sont affichées à  cet endroit, sur ce site se retrouve notamment sa série Memphis, Tennessee et Stilss From Unseen Films.

Vos techniques pour étudier

Divers, Réflexions

Pour la plupart, nous sommes en périodes d’examen. En tout cas, c’est la situation des Québécois. Présentement, je suis entourée de feuilles, de crayons, j’ai les deux coudes sur mon cahier de science, le système musculosquelettique attendant que je l’apprenne. Pendant ce temps, je me questionne : «Et toute ces informations sur le corps, comment je les apprends cette fois»?

Heureusement que j’ai une bonne mémoire, la plupart des trucs fonctionne avec moi. J’utilise les deux hémisphères de mon cerveau presque de manière égale. Voici quelques-unes de mes manières d’étudier, en espérant que ça vous serve.

Dernièrement, la technique que j’ai utilisé pour un examen d’histoire qui contait pour 30% du 60% de notre année,  c’était une ligne du temps. Et pourtant, habituellement, je suis nulle avec les dates et ce genre de représentation ne m’aide pas du tout, mais pourtant, j’ai eu 92% dans mon examen, même si j’ai commencé à étudier la veille. En plus, je n’ai toujours pas oublier ce que j’ai appris, je peux vous dire que le krach boursier de New York était en 1929, que la loi 67 était en 69, que la loi 101 a été mise par Lévesque, qui est d’ailleurs le père de la Révolution tranquille, que le régis des rentes à été créé en 1965, que Duplessis gouvernait en 1944, etc.

Mais pour les sciences, comment faire? J’ai toujours observé du coin de l’oeil avec jalousie les filles qui se faisaient des magnifiques feuilles-résumés de ce qu’on voyait en classe. Aujourd’hui, j’aimerais bien m’en faire, en plus j’ai des nouveaux crayons (à 1 dollar haha).  Mais sincèrement, comment faire pour rendre ça potable quand on écrit mal, qu’on a aucun talent artistique et qu’on est franchement désorganisé au naturel. Alors, là, étant fervente d’ordi, je suggérais de le faire sur Word, ou Office dans mon cas, mais l’écriture manuscrite est sensée aider à mémoriser.  Tant de dilemmes.

Récemment, j’ai découvert XMind, une application gratuite de Map Minding. À la base, je l’avais téléchargé pour mes projets d’écritures. Sur le coup, j’avais envie d’abandonner parce que je trouvais le logiciel complexe, mais ce ne l’est pas tant. J’ai commencé à organiser ma semaine avec lui, ensuite j’ai créer des fiches de personnages en arbres, puis finalement, cette ligne du temps bien garni. Je crois que XMind est un outil vraiment intéressant. Son seul bémol est qu’on ne peut enregistrer les fichiers en tant qu’image, on doit le garder en fichier XMind qu’uniquement XMind peut ouvrir.

Pour retourner aux techniques d’études, faire des associations marche plutôt bien, je me souviens encore de quelques-uns de mes trucs pour apprendre les pays et leurs capitales d’il y a deux ans, ainsi je peux vous dire que Pyongyang est la capitale de Corée du Nord et qu’Oulan-Bator est celle de la Mongolie.  Il faut dire que j’adore apprendre la géo aussi.

Je me suis souvent faite des petites chansons, des raps, que je ne partagerais pas dût à leur laideur, mais ils ont fonctionné également.

Ensuite, il s’agit de se répéter souvent ce qu’on essaie d’apprendre dans notre tête, de se questionner même dans des moments inopportunes, comme dans le bus, en train de manger, pendant que vous êtes sensé écoutez la personne en face de vous…

Saviez-vous que de prendre un 10 minutes de pause à rien faire pendant une session d’étude est favorable à l’apprentissage et la mémorisation?

Vous, quels sont vos méthodes favorites ou hors de l’ordinaire? Y-a-t-il quelque chose que vous vous rappellerez toujours à cause d’un truc infaillible?

large (1)

L’inspiration

Écriture et littérature, Divers

Ces temps-ci,  je recherche d’une manière plutôt intense l’inspiration.  Je suis constamment en train de lire,  en cas contraire, j’écoute des films ou des séries (en VO pour faire multi-tâche et améliorer mon anglais) ou alors, je m’entraîne ce qui, supposément, aide la créativité  mais encore, je fais sinon des recherches sur l’art de booster la créativité (dans le genre, journal créatif,  rassemblement de writing prompts). Laissez-moi voir combien j’ai de site seulement sur l’écriture dans mes marques-pages… un chiffre tout rond 30 et  c’est sans compter les sites comme Flickr qui me servent de source d’inspiration non-spécifique à l’écriture (est-ce que ce que je viens de dire est clair?) et sans compter non plus les sites que j’ai sur mon compte Pearltress. En plus, je ne suis pas capable d’arrêter d’en chercher de nouveau.

Ça y est, je crois que je suis devenue accro et parano.

Je suis étonnée sérieusement que j’aille pas encore pété les plombs à tant toujours essayer de faire des trucs inspirants. Je suis d’autant plus surprise que mes yeux n’aient pas encore sorti de leurs orbites : soit je regarde un écran d’ordi ou de télé, soit un livre écrit tout petit et tout ça dans des lieux plus ou moins éclairés en plus. Bon, je sais tous les torts sont sur moi, je n’aime pas la lumière et je choisis de me torturer les globes oculaires.

Pour que mon malheur ne soit pas vain, j’aimerais partager avec vous mes découvertes favorites :

  1. Écriture Créative 
  2. Devenir écrivain
  3. Yeah Write!
  4. Written? Kitten!

Fallait pas s’attendre à des noms très originaux! Les deux premiers ont tout simplement un contenu très intéressant et une interface agréable. Le troisième est à mon avis, le meilleur blog «ressource» de tumblr sur l’écriture (il y a une rubrique advice qui peut énormément aider), c’est à lui que je dois ma folie pour les sites dans le genre. Le quatrième est un peu hors-concours : il y a un espace pour écrire et à tous les 100, 200, voir 1000 mots (c’est au choix) il y a une photo de chaton mignoooon à mort qui apparaît.

En espérant que vous y faîtes un tour!